culture,  Littérature

FAVORI 2019 : Entre mes mains le bonheur se faufile

 

Je vous avoue, j’ai un chouille hésité entre faire un article « bilan lectures 2019 » et rédiger celui ci. Parce qu’au fil de mes 14 maigres lectures, j’ai comme tout le monde, eu des déceptions, des « sans plus », des coups de cœur. J’avais envie de donner mon avis sur chacune d’elles pour boucler l’année mais après réflexion, je préfère me concentrer sur les meilleures. Finalement, je retiens 4 bouquins favoris cette année, 4 bouquins que je conseille volontiers : Je peux très bien me passer de toi, Ne t’inquiète pas pour moi, Demain J’arrête et Entre mes doigts le bonheur se faufile. Les deux premiers ont déjà été cité dans des précédents articles et celui de Gilles Legardinier aura son moment de gloire aussi, un jour. Pour l’heure, j’avais très envie de revenir sur le roman d’Agnès Martin Lugand aka mon ultime favori de 2019.

 

Depuis l’enfance, Iris a une passion pour la couture. Dessiner des modèles, leur donner vie par la magie du fil et de l’aiguille, voilà ce qui la rend heureuse. Mais ses parents n’ont toujours vu dans ses ambitions qu’un caprice : les chiffons, ce n’est pas « convenable ». Et Iris, la mort dans l’âme, s’est résignée.
Aujourd’hui, la jeune femme étouffe dans son carcan de province, son mari la délaisse, sa vie semble s’être arrêtée. Mais une révélation va pousser Iris à reprendre en main son destin. Dans le tourbillon de Paris, elle va courir le risque de s’ouvrir au monde et faire la rencontre de Marthe, égérie et mentor, troublante et autoritaire…
Portrait d’une femme en quête de son identité, ce roman nous entraîne dans une aventure diabolique dont, comme son héroïne, le lecteur a du mal à se libérer.

 

 

Une intrigue qui fait rêver (et pas seulement)

Certains se reconnaîtront sans doute dans les pages d’Agnes Martin Lugand. Trop laissent leurs rêves de côté pour vivre une vie plus simple, sans grand danger. On occupe un métier qu’on apprécie pas forcément mais on gagne bien notre vie alors ça suffit. Ici le livre nous prouve le contraire, oui, il est possible de changer, de tout plaquer pour commencer à vivre enfin. Autrement dit, se donner un coup de pied aux fesses pour suivre ses rêves, trop longtemps mis de côté. Hymne à l’espoir et à l’amour, il nous montre que se lever le matin pour faire quelque chose qui nous fait palpiter est tout simplement possible. Il suffit d’y croire et de s’en donner les moyens.

 

 

Des protagonistes comme on les aime

Iris est une fille attachante, passionnée, déterminée qui donne envie. Gabriel est carrément craquant et je vous avoue être tombée sous son charme au fil des pages (quelle tristesse de laisser ces deux là à la fin du bouquin !) Et puis Marthe, parisienne chic, un brin mystérieuse, qui saura prendre Iris sous son aile, un peu comme si c’était trop simple … Les personnages sont captivants c’est indéniable et cela contribue évidemment au succès du roman (même si beaucoup critiqueront le côté stéréotypé).

A lire aussi : A découvrir : Le ciel est partout

 

En bref, une très bonne lecture

Émouvant, optimiste, facile à lire grâce à la plume d’Agnes Martin Lugand, Entre mes mains le bonheur se faufile fût une très bonne lecture pour ma part. Les pages défilent sans soucis, la lecture est fluide. Lu en février, je me souviens néanmoins très bien de l’intrigue. La fin est particulière, on ne s’y attend pas forcément mais je l’ai appréciée. J’ai, en bref, passé un moment plus qu’agréable avec Iris, Gabriel et compagnie. Je n’avais pas vraiment envie de refermer le livre, ce qui est assez significatif. Pour ne rien vous cacher, j’ai déjà 3 autres livres de l’auteur sous la main et il me tarde de mettre le nez dedans ! Peut être même que je prendrais le temps de relire ce roman le mois prochain …

A lire aussi : Dernier roman lu : Je peux très bien me passer de toi

 

L’avez vous lu ? Un avis à partager ?

 

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *