ecologie,  Vie quotidienne

« Je suis minimaliste » – Pourquoi ? Comment ?

Nous vivons aujourd’hui dans une société de consommation où chacun achète sans compter, tout et n’importe quoi jusqu’à avoir des choses en double, non mais quelle idée. Acheter toujours plus, posséder des centaines d’objets, 10 pantalons, 15 pulls, 12 écharpes, changer de téléphone dès qu’un nouveau fait son apparition, vouloir absolument tester cette paire de botte sans penser l’acheter puis finalement craquer, et puis cette tasse qu’on trouve jolie mais qu’on utilisera qu’une fois tous les 5 mois parce qu’on en a déjà beaucoup trop dans nos placards. Non, vraiment, nous vivons dans l’excès, nous SURCONSOMMONS AU QUOTIDIEN ! STOP ! Et si on devenait minimaliste ?

 

LE MINIMALISME, QUÉSACO ?

Une vie plus simple, débarrassée du superflu pour revenir à l’essentiel, voilà en une phrase ce qu’est le minimalisme. Parce que ce sont souvent ceux qui ont le moins qui donnent le plus et qui ont de belles valeurs. Parce qu’il est possible d’être heureux même sans matériel. Parce qu’avoir le dernier iPhone n’est pas indispensable.

Devenir minimaliste, ou du moins tendre vers ce mode de vie vous rendra plus heureux et épanouie au quotidien, tout est une question de bien-être (et de porte-monnaie aussi finalement). On désencombre, on enlève tout un tas de distractions, on garde l’essentiel pour se sentir mieux chez soi, mieux dans sa tête.

En résumé, on gagne de la place, du temps ET on est plus heureux, que demander de plus ?

A lire aussi : Devenir une personne positive

 

PAR OÙ COMMENCER ?

La prise de conscience

La première étape vers le minimalisme est forcément la prise de conscience, c’est un état d’esprit ! Il faut se rendre compte que nous consommons trop (ça, ça ne devrait pas être trop compliqué), comprendre que l’acquisition de tel objet n’est pas forcément indispensable, comprendre qu’il va peut être falloir changer vos habitudes, que vous pouvez vivre autrement et mieux. Les premiers changements finiront de vous convaincre.

« Est-ce nécessaire? »

Pour commencer, vous pouvez simplement vous poser devant un placard et vous demander ce qui est utile ou non. Est-il nécessaire de posséder autant ? (Prenons l’exemple des vêtements, vraiment, à quoi ça sert ? Finalement, on enfile toujours les même choses non ?) Utilisez vous souvent cet objet ? Vous êtes vous déjà servi de ce truc que « je garde au cas où, on ne sait jamais, ça peut servir » ? Non non, on ne s’en sert jamais … Alors, Hop ! On fait du tri, on DONNE bien entendu, on ne JETTE PAS. On se sépare de tout ce qui est inutile et qui encombre espace et cerveau. Le premier placard ou tiroir fait, vous y prendrez goût (du moins normalement, et surtout je l’espère) et vous vous attaquerez au reste de la maison (dans la joie et la bonne humeur).

Pour vous donner une idée des premiers objets à se débarrasser vous pouvez lire l’article de uneminimaslita.com ici .

Ce n’est pas tout

Etre minimaliste, ce n’est pas tout « jeter », ne garder que 2 culottes et 2 chaussettes, comme je le disais, c’est un état d’esprit. Avoir une vie plus simple en ne gardant que l’essentiel, oui, mais cela ne passe pas que par le tri des biens matériels. Il est aussi important de penser à ce qu’on ne peut pas toucher, prendre en main. Par exemple, au niveau digital, vous pouvez très bien faire le tri dans vos abonnements sur n’importe quelle plateforme, youtube, spotify, instagram, videz vos boites mails (en plus, c’est bon pour la planète) ou encore supprimer quelques applications. L’idée est d’obtenir un endroit plus respirable, aérer, où l’on s’y retrouve facilement. Du côté des relations, c’est un peu le même principe, ne garder que l’essentiel, ne pas gaspiller son temps ET son énergie à courir à droite à gauche si cela n’en vaut pas la peine etccccccccc, vous avez compris l’idée !

A lire aussi : Défi zéro déchet #2

 

 

LE MOT DE LA FIN

PS : De mon point de vue, il ne faut pas non plus devenir minimaliste de façon extrême, réduire sa consommation et trier ses biens matériels et immatériels c’est chouette mais l’idée est vraiment de se sentir mieux et d’avoir une vie plus simple. Inutile par exemple de chercher à tout prix à se débarrasser de tel objet si cela vous fend le cœur car il est sentimental, ne vous rendez pas malade pour atteindre des objectifs qui vous dépassent.

Ne gardez pas non plus seulement 4 assiettes et 4 verres, ce serait bête de manquer de vaisselle pour vos futurs invités. Niveau vestimentaire, je pense qu’il est vraiment important de se rendre compte du gâchis que produit la société mais faites vous plaisir de temps à autre quand même (de façon éthique bien sûr !) … En bref, comme tout, il faut savoir doser les choses, trouver son équilibre, ce qui nous convient le mieux et arranger le tout à sa sauce !

Et si le mode de vie minimaliste vous tente, il existe tout un tas d’articles intéressants sur le net qui pourront vous plaire et vous aider dans votre démarche. Je pense par exemple au compte Instagram Maison Minimaliste qui lance souvent des « défis désencombrement » ! Des tas de livres sont dispo dans vos librairies indépendantes comme le fameux bouquin de Dominique Loreau, « L’art de la simplicité » et puis sinon il y a aussi ce documentaire : « Minimalism: A Documentary About the Important Things » 

 

En lisant des articles, en m’informant davantage sur le mouvement minimalisme, j’ai lu ceci et tout de suite, ça a fait tilt : « il est important de savoir se recentrer sur soi, sur ce que l’on attend de la vie. Qu’est-ce qui me rend heureux/se dans la vie? Ce n’est pas très réjouissant mais demandez-vous ce que vous auriez envie de faire si vous deviez mourir bientôt. Je doute que vous ne vous disiez « Si j’avais su, j’aurais acheté plus de choses! » ou encore « J’aurais passé plus de temps sur Internet! » «  (article entier à lire ici)

 

Pro-minimaliste ? Envie de le devenir ? Des conseils ou un point de vue à partager ?

5 Comments

  • la fée du green

    Hello ! Un article dans l’air du temps à l’heure du « moins, c’est mieux ! »🤩 – c’est vrai que le vrai bonheur est et restera toujours plus un état intérieur qu’un état extérieur – une petite citation complémentaire pour finir :  » La simplicité est la clé du bonheur dans le monde moderne  » Dalaï Lama🤩

  • Miléna

    Hello !

    Merci pour cet article très inspirant ! J’ai eu ma prise de conscience minimaliste il y a plusieurs mois. Je suis encore bien loin d’avoir fini mon cheminement là-dessus (et notamment encore beaucoup trop d’habits que je n’ai pas pris le temps de trier) mais je suis beaucoup plus réfléchie dans mes achats déjà. Au final, le shopping ne me fait plus tant envie parce que je me dis « j’ai déjà tellement de choses à mettre, à trier, pourquoi en rajouter encore ? ».
    Et j’ai vu le documentaire dont tu parles la semaine dernière, bon il y a des parties un peu extrêmes mais clairement ça donne une bonne vision du sujet et surtout de la démesure de notre société de consommation actuelle (et aux US, c’est encore pire, ça fait peur à voir). Espérons que cette prise de conscience puisse atteindre le plus grand nombre avant qu’il ne soit vraiment trop tard pour notre pauvre planète.

    • happilie

      On ne peut pas passer du tout au tout du jour au lendemain, cela fait parti du jeu ! Le shopping ne me donne plus envie non plus, si je vois une pièce en vitrine qui fait parti d’un « basique » que je n’ai pas, je vais simplement aller faire un tour sur vinted mais ça s’arrête là (je n’ai d’ailleurs jamais été une grande adepte de cette pratique !).
      Espérons aussi … En parler le + possible autour de nous aidera sans doute ! 😉 A bientôt !

  • Rokusan

    Long chemin pour en arriver-là, mais réalisable pour tout le monde suite à la prise de conscience dont ru parles.
    Quand je pense que je dépensais des centaines par mois en vêtement …. Tout cet argent gaspillé qui aurait pu me rendre heureuse par ce que j’aime : les voyages.
    Mais non. J’ai des tonnes de vêtements que je ne met jamais dans mes placards beaucoup trop grands.
    Cela fait un peu plus d’un an que je travaille sur le minimalisme, et ça arrive tout doucement. J’en suis arrivée à un stade où quand je vois des étagères vides cela m’apaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *